dimanche 13 avril 2014

La robe à fleurs

 Robe H&M, manteau vintage, ceinture prise sur une autre robe, collier Six, escarpins La Botterie

La dernière fois que j'ai porté cette robe, j'avais 17 ans et j'avais l'air d'une fringante cinquantenaire. Il faut dire que je l'avais associée à des ballerines bleues et à un gilet beige. Bim, trente ans dans la face. Je me promenais dans la rue avec ma soeur (en pleine phase mèche et chaussures de skate), et autant dire que les gens me prenaient pour sa mère. Rappelons que nous n'avons qu'un an et demi d'écart. J'avais donc mis ma robe directement au placard en rentrant, pour ne plus jamais la remettre depuis. J'ai bien essayé de la ressortir plusieurs fois, mais en vain. Trop longue, trop fleurie, trop tout. Avec des collants, quelque chose clochait, et je ne possédais aucune veste ni aucun manteau capable de la recouvrir entièrement. J'aurais pu la porter en été (elle a des manches courtes), mais elle tenait beaucoup trop chaud pour supporter des températures supérieures à 25 degrés. 

Mais ça, c'était avant d'acquérir ce manteau (ou trench ou veste ?) au Emmaüs de Reims. L'illumination est arrivée hier, et je me demande depuis comment je n'ai pas eu l'idée avant. Il faut dire que depuis que je possède ce manteau, je redécouvre une foultitude de vêtements qui n'avaient pas vu la lumière du jour depuis des mois à cause de leur longueur. Du coup j'ai une envie folle d'acheter une jupe longue de type jupe midi un peu épaisse et plissée (pas toute fluide et transparente si vous voyez ce que je veux dire). Si vous avez des idées d'enseignes où je pourrais trouver ça, ne vous privez pas !

mardi 8 avril 2014

Geek ou pas geek ?

 Blazer (vu ici et ici) et noeud papillon (vu ici et ici) vintage, chemise (vue ici et ici) et jean (vu ici et ici) H&M, sac New Look, derbies André

A l'occasion d'une soirée "Geek en folie" (ah, les soirées à thème...), j'ai ressorti mon noeud papillon en velours bleu acheté à Emmaüs il y a quelques mois. Alors, je vous arrête tout de suite, je suis pleinement consciente que c'est la seule parcelle de ma tenue qui s'apparente à l'univers geek (et encore, j'ai vu des combi de Mario et des manettes de Xbox en guise de collier...). Mais il faut me comprendre. Après avoir écumé mon dressing, je n'ai absolument rien trouvé d'acceptable qui répondait au thème. A part ce noeud papillon donc, si vous suivez. Pour le reste, je me suis habillée tout à fait comme d'habitude (les "tu es déguisée ?" sont assez mal passés d'ailleurs), vous pourrez en témoigner. Je passe ma vie dans ce blazer (encore merci Milaya de me l'avoir donné), que mes épaules de Goldorak me permettent de porter. Cette chemise fait également partie de ma garde robe régulière, tout comme ce jean (aussi étonnant que cela puisse paraître).

C'est donc toute fière de ma touche geek que je me suis rendue à la soirée en question. Mais une fois arrivée, le doute m'étreint. Un noeud papillon, est-ce que c'est vraiment dans le thème ? Je suis allée jusqu'à taper "déguisement geek" sur google images pour en être sûre, mais même cela ne m'a pas aidée à répondre. J'ai bien vu des noeuds, mais aussi des masques de Star Wars, des tortues Ninja et des Batman. Et vous, qu'en pensez-vous ? Est-ce qu'un noeud papillon, c'est geek ?

mardi 1 avril 2014

Le cas des bottines rouges

Veste Oldnewthings vintage, robe Zara (vue ici et ici), collants Gambettes Box, bottines rouges André 

Je n'arrive pas à croire que c'est la première fois que je vous montre ces (magnifiques) bottines rouges alors que je les possède depuis de nombreuses années (quatre ou cinq peut-être ?). J'ai malheureusement toujours eu beaucoup de mal à les porter. Leur couleur sans doute ? Dommage pour des chaussures dont c'est la principale qualité... J'ai bien essayé de trouver d'autres pièces rouges, mais ce n'était jamais exactement la même nuance, ou de les porter sans autre rappel mais (presque) toutes mes tentatives avaient échouées. Mais quand cette veste est entrée dans ma vie, une petite ampoule s'est allumée au dessus de ma tête : les bottines ! Je me suis précipitée dans ma chambre pour aller les chercher, et là miracle, tout s'est imbriqué et l'équilibre du monde était rétabli. Le seul problème c'est que justement, les deux s'accordent tellement bien que je vais avoir du mal à trouver meilleure association avec cette veste...

Je viens tout juste de commencer un stage à la radio RCF, je serai donc peut être un peu moins présente sur twitter et instragram... A mon grand regret d'ailleurs, mais je suis déjà épuisée après deux jours et j'ai beaucoup de mal à passer ma soirée devant mon ordinateur après avoir eu un écran sous les yeux toute la journée. Je vais quand même essayer de poster régulièrement ici entre deux interviews de stars (lire de politiques et de scientifiques), surtout que j'ai acquis ce week end une blouse vintage 50s en dentelle beige chez Carrie Bradshop dont je suis déjà tombée amoureuse !

lundi 24 mars 2014

Le complexe de Goldorak

 Blazer, sac et chemise vintage, pantalon vert Zara, col en fourrure Tie Rack (vu ici et ici), salomés Naf Naf (vue ici et ici)

Je vais finir par penser que j'ai réellement piqué ses épaules à Goldorak. Pourquoi cette affirmation saugrenue, me direz-vous ? Eh bien parce que je récupère toutes les vestes de Milaya qui sont trop larges au niveau des épaules. Et miracle : elles tombent pile sur moi. Voyons le côté positif des choses. Ce phénomène me permet de gagner une foultitude de nouvelles vestes vintages canons (voir celle-ci et celle-ci). D'un autre côté, il m'a forcé à développer un certain complexe Goldorakien, alors que je n'avais jamais eu l'impression d'avoir les épaules larges auparavant. Alors certes, Milaya est plus petite que moi. Mais quand même, cela n'explique pas tout. Parfois, j'essaie de me consoler en me persuadant que c'est elle qui a en de minuscules. Il faut malheureusement que je me rende à l'évidence : je suis la réincarnation de Goldorak...

En plus de ressembler à un célèbre robot large d'épaules, je prends également 50 ans dans la face sur ces photos. Je ne l'ai pas précisé mais la chemise que je porte est une pièce vintage... issue de la boutique Un jour ailleurs (il y a encore l'étiquette...). Mais si, vous savez, les magasins de vêtements pour sénior ambiance Grèce antique avec des colonnes blanches sur fond bleu ? J'ai d'abord pensé contrebalancer l'effet mamie avec un perfecto ou des baskets (grosse blague), puis je me suis rendue compte que jamais je ne ferais ça, et surtout que porter cette chemise ne m'affichait pas un énorme autocollant "J'ai du Un jour ailleurs sur le dos" sur le front. J'ai donc décidé de la porter comme j'en avais envie (et encore, j'aurais pu faire bien pire avec une jupe), pour faire profiter tout le monde de mon côté vieille peau. Et puis mince, elle a un double col, UN DOUBLE COL !

dimanche 16 mars 2014

De la transparence de la chemise à fleurs

 Veste (vue ici) et chemise vintage, pantalon Etam, sac Zara, salomés André (vues ici)

Enfin un nouveau look avec une chemise à fleurs piquée à ma soeur (il faut dire qu'elle l'avait laissée à la maison sans surveillance). Je n'avais d'ailleurs pas remarqué qu'elle était si transparente, avant de me retrouver dehors en pleine lumière et face à la foule. Trop tard donc, pour remonter enfiler un débardeur noir ou un quelconque morceau de tissu qui couvrirait ce que personne n'aurait voulu voir. Autre regret la concernant : son absence de boutons en haut, qui m'empêche de la boutonner jusqu'au cou (et donc de porter un noeud papillon). Je n'ai plus l'habitude de porter mes chemises ouvertes, je me suis sentie complètement débraillée toute la journée. Pourtant, ce n'est pas ma poitrine opulente qui m'a gênée, on est d'accord là dessus ! Mais malgré tous ces légers désagréments, je l'aime bien cette brave chemise et je pense que je profiterai d'elle tant que ma soeur se souviendra de son existence (ce qui ne saurait tarder suite à cet article).

Je porte également mes nouvelles salomés beiges (dont je vous parlais ici), car décidément, je ne me lasse pas de ces chaussures. Prévenez-moi si vous sentez l'overdose poindre. J'avoue que trois articles d'affilés (avec les rouges), cela commence à faire beaucoup. Mais que voulez-vous, cette forme est parfaite et s'accorde avec tout ! En plus, elle a l'avantage de bien tenir aux pieds grâce à la bride qui entoure la cheville. Pratique, quand on est novice en matière de talons comme moi. D'ailleurs, je pense avoir atteint mon maximum à ce niveau, aussi ridicule que cela puisse paraître. Comment font ces filles pour gambader dans les rues perchées sur des escarpins de 12 ?