lundi 15 septembre 2014

Lilas, carreaux et nouvelles ballerines

Blazer (vu ici), chemise lavallière (vue ici) et sac vintage, jean Pimkie (vu ici et ici), ballerines Primak

J'ai profité d'un passage à la Croix-Rousse pour immortaliser ce look devant la mairie du 4eme (pour les lyonnais qui l'auraient reconnue). J'étais en chemin pour le vide dressing du Modern Café. Chemin qui m'a d'ailleurs prix un temps infini à cause de la Biennale de la danse, qui bloquait TOUTE la Presqu'Île (j'ai donc mis une heure et demi montre en main pour effectuer un trajet qui me prend habituellement trente minutes). Le pire, c'est que je suis repartie bredouille ! Mais bon, il faut dire qu'avec seulement 4€ en poche j'avais peu de chance de trouver la jupe ou la veste de ma vie. J'en ai quand même profité pour étrenner mes nouvelles ballerines Primark, achetées samedi (à Dijon, désolée aux lyonnaises pour l'ascenseur émotif) pour une bouchée de pain. J'ignore si elle vont durer longtemps, mais il me fallait absolument des ballerines bleues pour remplacer les Minelli, qui ont rendu l'âme il y a quelques mois (je vous les montrais même ici). Et puis pour le prix (8€), je ne risque pas grand chose ! 

Je vous montrerai dans les jours qui viennent le foulard et le jean troué (oui, vous avez bien lu) que j'ai également acquis samedi. Je ne sais pas du tout comment je vais m'en sortir avec ce jean d'ailleurs, je vous l'avoue ! Je l'ai acheté sur un coup de tête, sans vraiment savoir comment j'allais le porter. Avec des talons peut être ? Il est assez clair, taille haute et pas trop large, si vous aviez des idées à me soumettre pour l'adapter à mon style

mercredi 10 septembre 2014

Encore un sac tapisserie

Pull d'été Naf Naf (vu ici), jean Pimkie (vu ici et ici), salomés André (vues ici et ici), sac tapisserie vintage, chapeau H&M, collier Agatha

Je vous montre enfin le petit sac vintage acheté à Emmaüs il y a quelques semaines, qui vient grossir ma collection de sacs tapisserie. Certes, il est vert. Ce n'est pas une couleur que j'ai l'habitude de porter très souvent. Je m'en sors grâce aux touches de beige de la tapisserie, pour tout vous dire ! J'ai fait ces photos juste après une heure de conduite (oui, j'ai 23 ans, ne me jugez pas). Autant dire que j'avais prévu les ballerines dans le sac pour pouvoir me changer en toute discrétion (aka au beau milieu de la rue en public). Mon auto école est un peu loin de chez moi, j'ai dû me trouver un nouvel arrière plan pour faire des photos. Pas facile quand on a un mini trépied qui doit absolument se poser sur une surface à la bonne hauteur. D'où la relative beauté du cadre (la voiture noire derrière moi qui prend carrément la moitié des photos...), je m'en excuse d'avance !  Promis, la prochaine fois j'essaie de trouver un lieu un peu plus sympa, qui vendent plus de rêve. 

A part le sac, vous connaissez tout, le slim noir, le chapeau et les salomés. J'entends déjà les yeux de lynx dans la salle s'écrier "Mais la dentelle, là, sur les épaules, je ne l'ai jamais vue ?". Eh bien ils auront raison. Je vous ai déjà montré ce petit pull ici, mais il était recouvert pas un manteau. Vu la chaleur de ces derniers jours, vous comprenez très bien son absence, surtout pour une heure de conduite !


vendredi 5 septembre 2014

Pastel

Trench Naf Naf (vu ici), t-shirt Pimkie (vu ici et ici), pantalon rayé Gap, derbies beiges Texto (vues ici), sac tapisserie New Look

Décidément, je suis dans ma période trench en ce moment. Trois articles de suite, il va falloir que je me renouvelle ou vous allez toutes prendre la poudre d'escampette ! (ça existe encore cette expression ?). Celui-ci n'est pas nouveau, je vous l'avais déjà montré il y a très longtemps (à l'époque, j'avais encore les cheveux longs, c'est dire). Je l'ai énormément porté depuis, mais il n'a plus jamais montré le bout de son nez par ici (décidément ce soir, je les enchaîne). Mais puisque l'automne est déjà presque là, j'en profite pour parader dans mes trenchs (je n'en ai que deux, hein, ne nous emballons pas), avant qu'il fasse trop froid. Je fais en effet partie de ces personnes qui adorent l'automne et qui se réjouissent de l'arrivée de septembre (les foulards, les vestes, c'est la vie). En toute logique, je fais également partie de ces gens (aka extraterrestres) qui protestent contre l'été indien actuel. Je persiste donc à arborer gros foulards, blazers et petits pulls, malgré les 25 degrés ambiants. Ce qui n'est pas la meilleure idée quand on veut rester distinguée, nous sommes d'accord... (Visage luisant je crie ton nom).

Je porte aussi mon pantalon bleu clair à rayures Gap acheté pendant les soldes d'été. Je ne vous l'avais jamais montré, car je l'ai usé jusqu'à ne plus pouvoir le supporter à Londres ! Il m'a donc fallu une petite pause de quelques semaines, et maintenant mon amour pour lui est de nouveau là, intact. Mais rassurez-vous, vous ne le verrez pas dans les deux prochains articles, lui !

mercredi 3 septembre 2014

Trench et tableaux Excel

 Trench Briefing (vu ici), robe Promod (vue ici et ici), salomés Eram (vues ici et ici), sac cartable acheté à Londres (vu ici)

Eh non, ce n'est pas ma tenue de rentrée ! (rapport aux 554845 articles intitulés "Back to school"/ "La rentrée" / "Tenue de rentrée" qui ont fleuri ces derniers temps sur la blogosphère). Il faut dire aussi que pour moi, la rentrée, c'est le 29 septembre. Je n'ai même pas encore réfléchi à ce que j'allais porter, c'est dire ! En même temps, j'ai la même classe depuis deux ans, alors je n'ai plus personne à impressionner avec mon style de folie (on est d'accord là dessus !). Enfin, je dis ça, mais vous verrez que je vais commencer à élaborer des tenues une semaine avant, à l'aide d'immenses tableaux Excel punaisés partout dans ma chambre (en réalité, je fais vraiment des tableaux de tenues, je l'avoue, mais sur une simple feuille blanche...). Et puis, qui peut prédire la température trois semaines en avance ? Il peut très bien faire aussi beau qu'en ce moment ou aussi froid qu'un mois de novembre (la preuve il y a quelques semaines). Comment savoir si je dois prévoir des collants, un foulard et un manteau ou si je pourrai parader dans mon nouveau trench ? Les vrais problèmes, quoi !

En parlant de trench, je n'ai pas pu m'empêcher de le porter encore et encore ces derniers jours, d'où son apparition sur deux articles de suite (le premier ici). J'essaie d'éviter d'habitude, mais je n'allais pas vous mentir : je le porte vraiment tout le temps. C'est bien simple, il figure dans presque toutes les colonnes de mes tableaux Excel !


lundi 25 août 2014

Le trench de ma vie #2

 Trench Briefing (vous pouvez le trouver ici), chemise Monoprix, pantalon rose Naf Naf (vu ici), escarpins bicolores (vus ici) et sac vintage 

Il y a maintenant un an et demi, je vous montrais le premier trench de ma vie (rappelez-vous). Il était rose, juponné (je ne savais pas non plus que cela existait, j'ai trouvé ce mot sur le site de La Redoute pour décrire un trench de la même forme), et avec plein de volants. Je m'étais délestée d'un rein pour l'avoir (ma mère avait avancé l'argent et je l'avais remboursée en plusieurs mois à coups de billets de 10€) et je l'ai, depuis, bien rentabilisé. Je le porte toujours, mais je cherchais ces temps-ci, un trench de forme plus classique. J'avais également des envies de bleu marine. J'ai finalement trouvé mon bonheur il y a quelques jours aux Galeries Lafayette chez Briefing (rassurez-vous, je n'avais jamais entendu parler de cette marque moi non plus). Quand je le porte, j'ai l'impression que Jackie Kennedy vit en moi (pas moins). J'ai même exhumé ces escarpins (trouvés au Marché de la mode vintage édition 2009 si mes souvenirs sont exacts) qui me charcutent joyeusement les pieds, pour me fondre au mieux dans la peau du personnage

Avec une tenue si classe et raffinée (on s'auto-convainc comme on peut), j'entends déjà la question qui vous brûle les lèvres : "mais où allait-elle comme ça ?". Eh bien je me rendais au vide dressing de ce samedi au Beijing 8 à Lyon, dans l'espoir de dénicher quelques trésors pour une bouchée de pain. Cette quête ne fut d'ailleurs pas vaine, puisque j'ai acheté une chemise à fleurs à Alison pour la modique somme de 3€. C'est sur le chemin du retour (et les pieds en sang) que j'ai trouvé cette rue déserte pour faire quelques photos. L'idée de me déshabiller pour changer de chemise m'a traversé l'esprit (cette nouvelle acquisition s'accorde très bien avec le trench), mais je me suis vite ravisée. Jackie Kennedy n'aurait jamais fait ça.